Lors de la dernière assemblée générale il est apparu que la société Cong S.A administratrice et détentrice des droits dont nous faisons encore partie avec mon frère, était volontairement laissée à l'abandon par la principale actionnaire et son mari. Je vous livre ici les impressions de notre avocat, qui a assisté à ladite assemblée en décembre dernier: 

"Après presque 10 ans, les héritiers ne savent toujours pas avec précision quelles sont les œuvres qui ont été retrouvées, dans des conditions peu claires, au moment de la liquidation de la maison de HP en 2005. En effet, la CONG possédait quelques œuvres achetées ou cédées par HP de son vivant. La grande majorité des dessins provient donc de cette mystérieuse “découverte”, mais CONG ne s’est toujours pas exprimées sur les légitimes questions des héritiers, lesquels contestent, pour des raisons légales, l’intégration de ces œuvres dans le patrimoine de CONG.

La CONG se porte financièrement très mal et actuellement n’emploie plus de commerciaux qui s’occupaient des licences et autres droits dérivés. C’est donc l’ancienne collaboratrice de HP qui gère tout (ou rien?) depuis les Etats Unis, mais les résultats ne sont pas au rende-vous, ce d’autant que Z. semble vouloir concentrer ses efforts sur un marché américain manifestement peu réceptif (pour rappel, Tintin s’est bien mieux vendu en Russie qu’aux Etats Unis).

Les dysfonctionnements sont patents et la CONG ressemble hélas à un bateau ivre privé de capitaine.

Les héritiers pensent que le salaire de Z. n’a aucune commune mesure avec le fruit de son son travail en termes de chiffre d’affaires engrangé par la CONG; c’est ainsi que chaque année la CONG s’endette toujours plus vis à vis de l’actionnaire principale qui est aussi de facto la seule dirigeante de la société. Sa mainmise sur CONG est ainsi presque complète, face aux derniers héritiers de HP qui n’ont plus leur mot à dire.

Ainsi, pour faire face à la situation et éviter une situation de surendettement, la CONG a décidé en 2012 de disperser aux enchères les planches des Helvétiques, violant de la sorte la volonté de reconnue de HP qui avait passé une partie de sa vie à retrouver toutes les planches de ses albums, pratiquement toutes disparues au moment de l’ouverture de la succession, en 1995.

En bref, l’ancienne collaboratrice de HP se retrouve à la fois actionnaire majoritaire de CONG, sa principale créancière, sa responsable commerciale et administratrice de fait.

Enfin, à force de pression exercée sur la branche sud-américaine des héritiers, Z a réussi à racheter cette part des actions de CONG, notamment en reprenant la dette que les deux héritiers avaient encore à l’encontre de la société. De cette façon, Z assoit encore plus son emprise sur la société créée par HP pour, ironie du destin, protéger ses enfants; en augmentant non seulement son pourcentage d’actionnariat, mais également le montant de sa créance vis à vis de la CONG. Opération parfaitement réussie."

Je vous laisse juges et témoins de ce qui se passe, car, même si cela ne concerne que peu d'entre nous, il s'agit d'un patrimoine inestimable, appartenant à tous et qui entre les mains de ces personnes, risque fort de disparaître complètement...

Tristement, 

Silvina PRATT